FOCUS : SELAH SUE, 17 NOVEMBRE 2014, TRANSBORDEUR

© www.thesampler.net
Sanne Putseys, ça ne vous dit rien ? Ce n’est autre que Selah Sue, et si ça ne vous dit toujours rien j’ai une double raison d’écrire cet article. Ce petit bout de femme de vingt-cinq ans nous a fait le plaisir – pour la troisième fois – de venir faire vibrer sa voix dans notre belle ville lumière.
L’occasion était dotant plus privilégiée que l’on a eu droit à la majeure partie de son prochain album. Cette tournée est une sorte de transition. Celle que l’on n’entendait plus depuis trois ans revient avec du nouveau, et bon de surcroit !

Après une première partie courte mais efficace sous les riffs de Son Little (surveillez son prochain EP Things I Forgot), l’installation de la belge et de ses boys - comme elle se plait à les appeler- se fait longue. Au moment très attendu de sa venue, aucune lumière ne s’éteint. Elle arrive seule, avant ses musiciens et sous les projecteurs. Son entrée est discrète et silencieuse malgré tous ces regards plongés vers elle. De cet instant jusqu’à la fin, son sourire ne s’éteindra pas non plus. Et ça fait du bien.
Sa fameuse guitare en main, la chanteuse belge entonne quelques unes de ses nouvelles chansons. Parmi elles « Daddy », la suite logique au titre « Mommy » de son premier album : deux odes à ses parents dans lesquelles il est facile de se retrouver. S’en suit les tubes qui l’ont fait connaître tels que « Raggamuffin » ou « This World » pour ne citer qu’eux. Pour ma part, je suis heureuse qu’elle reprenne toujours « Lost ones » de Lauryn Hill, l’un de ses modèles. Sa justesse rivalise presque avec la sienne. Ce sont deux artistes similaires aux empruntes différentes, chacune appréciables à leur juste talent. Il n’est pas donné à tout le monde de reprendre du Lauryn Hill et Selah Sue peut se vanter d’y arriver.
Ses derniers titres résonnent dans le Transbo comme un cadeau de Noël avant l’heure : si « Time », « Together » (en featuring avec le très bon Childish Gambino) ou « Falling Out » ne sont pas encore des évidences pour vous, c’est normal. Ce sont quelques unes de ses nouvelles compositions que l’on aura la chance d’écouter intégralement début 2015.

Certains singles ont déjà vu le jour ces dernières semaines en attendant son second opus, Reason. Pour les impatients, rappelez-vous de ces journées où l’on se plaint que le temps passe trop vite : c’est pour des évènements comme ceux-là que l’on s’en réjouit.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire