UNE VAGUE BLEU MARINE S'ÉCHOUE À CALAIS

© « Marine Le Pen, l’héritière » de Caroline Fourest et Fiammetta Venner, Nilaya, 2011 

Suite à son exclusion du FN le 20 août dernier, Jean-Marie Le Pen reprend ses attaques pour la contester. Il remet l’affaire en justice contre sa fille. D’ailleurs, Marine - pas le bleu mais celle qui le représente : voici mon soucis.
Ce vendredi, à Calais, la présidente du FN lançait ses flèches enflammées de haine à travers un discours anti-migration. 300 militants étaient présents ce jour-là. Mais ce message a une portée qui touche tout le parti. Les mots de Marine Le Pen résonnent comme un « déjà-vu » lorsqu’elle compare Calais à une ville assiégée, où les habitants sont barricadés. Qu’y a-t-il dehors ? La peste ? Non, des réfugiés. Ou des migrants, au choix. Des immigrés politiques ou économiques ? Ces questions sont importantes, voyez-vous. Il faut toujours choisir. Il faut surtout se risquer au-delà des barbelés, laisser les caméras et les alarmes privées tourner, pour former une vague bleu marine contre celle des réfugiés. Car en croire Jean-Marie... que dis-je ! Marine Le Pen, il est indispensable de stopper la « submersion migratoire ». Voici les mots d’ordre de la campagne menée par tous les représentants du FN aujourd’hui.
D’un côté les signes me contraignent à réduire ma pensée. De l’autre je me demande s’il est nécessaire de s’attarder sur ces abominations. J’ai tendance à rire jaune face aux actualités du parti nationaliste, car il ne vaut pas mieux. Mais quand j’ai lu les mots qu’elle a employés sans concession, telle une déclaration de guerre à ceux qui la fuie, je me suis re-questionnée sur l’importance à accorder à cette tendance politique. L’évidence était là.
Je ne cautionne pas, Marine, que tu utilises la liberté d’expression pour caractériser ta xénophobie. Toi qui chasses ton père pour mieux l’incarner, relis les manuels d’Histoire, les vrais. Ils pourraient éclairer ton ignorance. En attendant, méfies-toi de la vague de migrants annoncée. Et surtout, fais attention, tu pourrais te noyer.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire